bilinguisme

On vous présente… Le bilinguisme n’existe pas

Ne soyez pas inquiet, le bilinguisme existe toujours. Nulle part ailleurs cela fonctionne aussi bien que dans notre bien-aimée cité. Mais il est important, voir essentiel d’en parler. Le NMB Nouveau Musée Bienne organise en collaboration avec le Forum du bilinguisme une table ronde publique sur le thème de « Suisse multilinguistique » avec des invités de renom le 6 décembre à la Römerquelle lors du FF. Nous avons posé quelques questions à l’organisatrice Virginie Borel.

La discussion aura lieu le vendredi 6 décembre à partir de 17h30 au Bar/Lounge Römerquelle et est ouverte au public.

Virginie, dans le cadre du FF de décembre, tu organises une table ronde à la Römerquelle, tu peux nous dire de quoi il s’agit ?

Le 6 décembre 1992, le peuple refusait l’adhésion à l’Espace économique européen; la Suisse était séparée en deux: les Alémaniques avaient rejeté l’adhésion alors que les francophones la plébiscitaient. C’est à partir de cet épisode de l’histoire suisse que les médias ont commencé à parler de « Röstigraben » ou « Barrière de rösti ». Avec le Nouveau Musée de Bienne, qui organise l’exposition « Le bilinguisme n’existe pas », on trouvait que c’était une belle idée d’amener des représentants des médias suisses au cœur du « vivre ensemble » qu’est Bienne.

Que penses-tu du bilinguisme, on le vit comment à Bienne et quels sont les problèmes que chacun peut rencontrer ?

Malgré les difficultés liées à toute forme de « vivre ensemble », Bienne reste un modèle où les communautés linguistiques se côtoient et se mélangent plus ou moins harmonieusement. Le niveau de tolérance et de respect est élevé. Les principales difficultés résident dans le marché de l’emploi où un francophone qui n’est pas bilingue a systématiquement moins de chances qu’un Alémanique qui ne connaitrait que peu le français.

Pourquoi est-ce que cet événement convient au First Friday ?

C’est la deuxième fois que nous organisons un événement dans le cadre du FF. À mon avis, le FF est l’incarnation de ce bilinguisme vivant dans lequel nous vivons vraiment ensemble et pas seulement côte à côte….

Qui prend part à la discussion, tu peux nous présenter brièvement les participants ?

Nous avons la chance d’accueillir à Bienne des personnalités issues des milieux médiatiques suisses et régionaux: le directeur général de la SSR, Gilles Marchand, le correspondant du journal Le Temps à Berne, Michel Guillaume, Philippe Reichen correspondant en Suisse romande pour le Tages Anzeiger, Hans-Peter Gschwend, ancien correspondant au Tessin pour la DRS et Sophie Hostettler, directrice des programmes de Telebielingue. 

Encore un mot sur toi, qui est vraiment Virginie Borel ?

Je viens du monde professionnel du journalisme et de la communication…… J’aime la connexion, la création de sens et la connexion……. Le bilinguisme est un thème central à Bienne…. En tant que francophone, je voudrais montrer ce que signifie faire un pas dans la direction de l’autre, et j’invite les germanophones à faire de même. Je suis convaincu que Bienne peut servir de modèle dans toute la Suisse !

Merci Virginie, nous nous réjouissons de pouvoir rencontrer tout ce beau monde le 6 décembre prochain. 

Partenaire

Un tout grand MERCI aux partenaires du First Friday! Grâce à eux la culture locale se développe, cet évènement unique perdure.

Partenaire
Partenaire média