lamin_sept19

Nous vous présentons …

Le DJ biennois Foxhound alias Lamin Kort fête son anniversaire vendredi 4 octobre à la Römerquelle. Avec des invités spéciaux, La Base & Tru Comers, la photographe et artiste biennoise Nora Nussbaumer et surtout avec un set DJ qui s’annonce inoubliable. Nous avons rencontré notre ami DJ résident et lui avons posé quelques questions. Les réponses de ce grand maître biennois méritent le respect.

Lamin, nous aimons ton son et sommes de grands fans de tes sessions DJ. D’où vient ton amour et ta maîtrise de la musique?

Merci beaucoup, cela me fait très plaisir de l’entendre. En fait, je dois dire que ça vient de mon papa. Musicien professionnel et DJ, il a joué dans des dizaines de groupes et voyagé dans le monde entier. C’est peut-être de là que vient mon oreille musicale ou mon sens du rythme. Mais je dois dire que les goûts musicaux de ma maman m’ont plus influencé. Elle a une excellente et grande collection de disques ainsi qu’un goût affiné pour la musique.

D’où viennent tes majeures influences musicales et tes plus marquantes inspirations?

Tout dépend des étapes de vie. Comme je l’ai déjà dit, ma maman a eu une très grande influence tout au début. J’ai hérité d’une grande partie de sa collection de disques, que je joue aujourd’hui encore. Sinon, il y a des artistes comme James Brown et Michael Jackson dans leur enfance. Plus tard, à l’adolescence, j’ai entendu beaucoup de hip-hop. Le duo frère des Beatminerz, avec leur heavy New York Boom Bap des années 90 ou Wu Tang Clan, Busta Rhymes, 9th Wonder pour n’en citer que quelques-uns. J’ai rejoint l’équipe de Capsule Corporation en tant que DJ au début des années 2000 et j’ai commencé à DJer sur BBoy Battles plusieurs fois. Cela m’a permis d’élargir mes connaissances du funk et des breaks. Des DJ’s locaux comme Pat, Ilarius ou DJ Nuro m’ont aussi aider à m’améliorer, à creuser, à la recherche de musique ou de disques. Ces trois derniers m’ont inspiré à collectionner des disques. Ils m’ont aussi appris que beaucoup de musique hip hop était échantillonnée. Cela signifie que les artistes hip-hop utilisent des chansons d’autres artistes et créent quelque chose de nouveau. Surtout du jazz, du funk, de la soul ou du rock. Plus j’écoutais, plus mes connaissances s’élargissaient et s’enrichissaient. Depuis, j’écoute et je joue toutes sortes de genres musicaux et j’aime les croiser quand je me tiens derrière les platines. Comme Bienne est très facile à gérer et que tout le monde peut rapidement se connecter et échanger entre eux, nous nous enrichissons tous avec notre propre répertoire et ainsi les connaissances musicales globales en ville augmentent, ce qui, en tant que DJ, est très utile si vous voulez jouer des choses moins connues.

Comment vis-tu la musique et la scène DJ à Bienne?

Bienne est (entre autres) bien connue pour sa grande culture HipHop. Bienne a toujours été à l’avant-garde depuis le début des années 80. Des artistes comme IAM ont donné leur premier concert hors de France, avant de devenir célèbres, à la Coupole de Bienne. Dans la Coupole, également connue sous le nom de ’Chessu’, de nombreuses ’Confitures’ ont eu lieu où des gens de toute l’Europe sont venus participer avec des idées similaires. Toutes les stars du rap ont déjà joué dans la Coupole. Je raconte tout cela parce que c’est le fondement de ce qui a suivi comme le Royal Arena Festival. Biel-Bienne est toujours la capitale incontestée du hip-hop en Suisse. Les meilleurs DJ’s viennent d’ici, ils jouent encore dans les clubs les plus branchés de Suisse ou ont souvent une longueur d’avance, ou gagnent des concours de DJ ou participent à des championnats du monde. Le niveau ici est relativement élevé et la densité de DJ très élevée. Il faut trouver sa place au soleil, parce qu’il n’y a pas beaucoup de possibilités et qu’elles n’augmentent pas en ce moment.

Tu es toujours au courant de la musique, des nouveaux artistes, des rythmes et des tendances. Combien de temps tu investis dans la musique?

Le fait d’être à jour est assez relatif pour moi. Je préfère me concentrer sur ce qui me touche ou m’inspire en ce moment. Que ce soit de la musique plus récente ou non ne m’importe pas. Mais j’y consacre beaucoup de temps. Tous les jours pour être exact. Selon mon humeur, cela peut varier beaucoup. Entre 1 et 8 heures tout est possible.

Est-ce que tu as un plan en tête avant chaque session, ce que tu veux jouer, comment devrait se dérouler le voyage musical?

Cela peut varier considérablement en fonction de votre humeur et de votre réservation. Mais j’imagine surtout le déroulement de la soirée. Votre humeur, les invités, le lieu et puis je choisis les chansons à l’avance, qui pourraient s’adapter à un certain moment, à une certaine humeur. C’est parfois le cas, parfois non. C’est toujours le moment qui compte et la façon dont les gens réagissent. La spontanéité et l’adaptabilité demeurent la clé de la réussite de la soirée.

Qu’est-ce que tu frais d’autre dans la vie? Tu es encore un jeune père de famille… 😉

Je travaille, ou plutôt j’ai le plaisir de travailler dans le secteur social depuis plusieurs années. En ce moment, j’ai beaucoup à faire avec les mineurs non accompagnés, demandeurs d’asile et je les accompagne jusqu’à ce qu’ils atteignent la majorité. J’ai donc beaucoup de contacts avec les gens et je les vis dans de nombreuses situations différentes. Il est également intéressant de voir quel genre de musique ils écoutent. Bien qu’ils n’aient pas tous des contacts avec d’autres jeunes, la musique qu’ils écoutent ne fait pas une grande différence. Oui et bien sûr, j’ai la chance d’être le père d’un garçon merveilleux qui, un jour, suivra mes traces. Il aime déjà évidemment la musique et veut prendre la relève dès qu’il est près de platines … mais lui seul sait si il l’a eu de son père ou de sa mère …

En octobre lors du FF, tu célèbres ton anniversaire à la Römerquelle. A quoi pouvons-nous nous attendre?

C’est vrai, c’est vrai. Je ne veux pas vraiment trop en révéler. Mais un groupe de hip hop bien connu de Bienne a son EP baptisé en même temps et nous fêterons ensemble. De plus, il y aura des amis qui viendront clore la soirée. Soyez prêt!

La photographe biennoise Nora Nussbaumer, invitée d’honneur, vient exposer, un petit mot sur elle….

Nora est une photographe très talentueuse et une très bonne amie. J’ai été très attentif à ses derniers développements, je suis très heureux de l’avoir avec moi pour cette soirée. Et comme nous ne nous sommes pas beaucoup vus dernièrement, j’ai trouvé le moment de l’inviter comme guest fitting. Je suis très excitée par ses travaux.

Et encore un mot sur le FF en général….

Oui, le FF est un grand enrichissement pour la ville de Bienne et la région environnante. Entre-temps, sa réputation s’est étendue au-delà de la région, si ce n’est au-delà de ses frontières. Et tout comme de nombreux artistes biennois en ont inspiré d’autres, le FF inspire d’autres villes qui, espérons-le, pourront bientôt avoir leur propre FF. La vieille ville de Bienne a insufflé une nouvelle vie et nous en sommes très heureux.

Partenaire

Un tout grand MERCI aux partenaires du First Friday! Grâce à eux la culture locale se développe, cet évènement unique perdure.

Partenaire
Partenaire média